Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

chroniques - Page 2

  • Chroniques d'un jeune parent, de l'esclavage légalisé comme mode de vie : la sieste

    Imprimer

    chroniques, jeune parent, humour, sieste, enfant, lutte, combatSieste. De l’espagnol siesta qui provient lui-même du latin sexta, soit la 6ème heure (midi), car c’est bien après le repas de midi que l’on s’y adonne… Ah le bonheur de desserrer la ceinture, de s’allonger et de fermer les yeux quelques minutes… C’est d’ailleurs lorsqu’on ne peut s’y plonger avec délectation que l’on en saisit ironiquement toute la volupté…et l’importance. Rien de mieux pour repartir du bon pied au cours d’une journée qu’un petit roupillon.

    Mais faut-il en avoir seulement la possibilité. Car pour parvenir à ses fins, la condition sine qua non consiste en ce que la descendance s’endorme préalablement  et le plus profondément possible. Autrement, les tentatives seront vaines, vouées à un échec aussi total que dévastateur : en effet, serez-vous à peine couché, une paupière mi-close que l’enfant sera 1) tombé en jouant à l’acrobate, réveillant tout le quartier en général et vous en particulier, et vous conduisant à chercher une heure durant ce putain de tube d’Arnica que vous avez pourtant vu hier, c’est pas possible que les choses disparaissent quand on les cherche… 2) repeindra la totalité de sa chambre avec ce tube de peinture que vous aviez pourtant ciblé comme une menace potentielle mais dont vous pensiez qu’il disparaitrait par magie, à la manière d’un tube d’Arnica 3) rendra inutilisable le lecteur Blu-ray en voulant mettre lui-même un disque qui restera coincé ad vitam eternam, parce qu’il a voulu réparer sa bêtise en extrayant ledit Blu-Ray avec un couteau, un ciseau, une fourchette ou tout objet qui détruira la tête de lecture, ce qui est rageant car l’appareil était neuf et le disque était celui de votre film préféré… l’imagination est sans fin, et si vous ne l’avez déjà découvert, cela ne saurait tarder…

    L’enfant, dont les sens sont tournés vers la réalisation de son plaisir immédiat, l’instantané, le jeu, ne comprend pas l’utilité physiologique, psychologique et parentale de la sieste. Il traine des pieds. Il renâcle. Il refuse catégoriquement. Il va user et abuser de tous les subterfuges pour tenter de passer entre les mailles du filet des exigences parentales. Alors que vous lui indiquez qu’il est l’heure de rejoindre sa chambre pour dormir, il va nonchalamment faire comme s’il ne vous entendait pas, continuant à jouer avec son puzzle, ses Kapla, ses peluches, ses voitures ou tout autre objet bien plus intéressant qu’un géniteur rabat-joie. Cause toujours, tu m’intéresses…

    La lutte est donc terrible, l’issue n’est jamais certaine et la bête triomphe parfois. En ce cas, c’est que vous baissez les bras, la bataille a été épuisante et vous avez décidé que vous attendriez le soir venu qu’il s’écroule enfin, terrassé par la fatigue avant de faire de même, lamentablement battu par un petit d’homme de même pas un mètre.

    Mais il faut regarder la moitié pleine du verre. Le plus souvent, il s’endort, et parfois même, vous arrivez à vous poser quelques minutes, voire une heure pour dormir. La vie n’est pas toujours chienne, il y a même des jours où elle peut vous gâter. Mais pas de triomphe trop rapide, cela ne fonctionne que lorsque vous n’avez qu’un seul enfant en bas-âge. Dès que ces derniers sont plus nombreux que un, la sieste devient comme le Graal, inaccessible, mythique et donc hors de portée. Ne cherchez pas, quand l’un s’endort, l’autre se réveille, et ainsi de suite. L’après-midi est une sorte de traversée des enfers interminable…

    Mais n’y a-t-il pas donc de solutions ? Rassurez-vous, elles sont nombreuses. Elles vont de l’enfermement dans la chambre (voir la chronique n°2 sur le réveil matin), en passant par la lecture ininterrompu de son livre préféré jusqu'à endormissement, quelques passes hypnotiques aux succès bien relatifs faut-il l’avouer, ou encore par l’organisation d’une grande marche post-déjeuner avant la sieste pour épuiser l’adversaire. Il faut varier, surprendre l’ennemi, aller dans la gradation, toujours, pour espérer piquer un roupillon.

    Mais la meilleure des solutions, la plus rationnelle, est encore celle qui consiste à se partager les taches dans le couple. L’un gère la sieste des enfants, pendant que l’autre la pratique… Le sacrifice alterné est le plus court chemin pour bénéficier enfin des vertus de la sieste.

    Dernier point sur la sieste. Lorsque les enfants dorment, c’est un des rares moments de quiétude où vous avez la possibilité de vous adonner à vos marottes, qu’elles soient littéraires, musicales, sportives, cinéphiles, picturales, sexuelles… un choix cornélien se posera à vous : Faire la sieste et avoir cet arrière-gout désagréable que vous n’avez rien fait de la journée ou pratiquer ce qui vous fait plaisir mais en cumulant cette fatigue qui vous rapprochera doucement mais surement du burn-out ?... Le chroniqueur a fait son choix, il tourne à la caféine….


    Cliquez sur les bannières pub, elles font vivre le blog! :-)

  • Chroniques d'un jeune parent, de l'esclavage légalisé comme mode de vie, le weekend, l'hypermarché...

    Imprimer

    caddie, enfant, caprice, centre commercialIl est à peine 9h00 du matin, c’est samedi et vous avez déjà eu à gérer une crise au sommet, entre menaces (qui peuvent être cumulatives dans la liste non exhaustive suivante : t’es plus mon papa ou ma maman, je t’aime plus, t’es méchant, je veux plus te parler, nan c’est toi qui va m’écouter…), pleurs et roulades au sol. Par bonheur (enfin, c’est vite dit), l’heure d’aller faire les courses arrivent à point nommé. L’attention de l’enfant va être détournée sur cette autre activité- Détourner l’attention, retenez bien cette expression : là encore une technique bien utile, qui fait ses preuves et qui est transposable dans presque tous les contextes.

    Vous voilà en route pour l’hyper du coin, et une nouvelle aventure pas si anodine que cela à vivre commence à partir du chariot à course dit Caddie. Il a un pouvoir hypnotique sur l’enfant. Il voit le rectangle rouge qu’il suffit de déplier pour en faire le siège de la plus fantastique des voitures de course. Et le papa (plus rarement la maman, quoique) imagine la même chose : chouette, un rallye et du slalom entre les rayons, un circuit à imaginer, des obstacles et de la performance au rendez-vous. Au supermarché, un adulte peut redevenir un enfant, au point de mettre mal à l’aise l’enfant, qui peut avoir quelque peu honte du comportement parental, comme quoi la roue tourne…

    Ouf de soulagement, la crise de la TV est passée, les courses vont pouvoir se dérouler tranquillement, à quelques virages en épingle près. Sauf que, un supermarché, pour un enfant, selon les rayons,  constitue la plus vaste des cavernes d’Ali Baba que seul un magasin de jouet arrive à surclasser. Votre pire ennemie du moment s’appelle la tête de gondole et ses promesses de bonheur matérialiste pour la famille en général et les plus petits en particulier. Les professionnels de la vente ne le savent que trop, l’enfant est un prescripteur d’achats à son insu. Mettre en avant des DVD de Cars, de Toy Story, des montagnes de Kinder, ou encore des amas de bonbon, c’est un coup bas dont ne se privent pas les géants de la distribution. L’enfant apercevant la figurine de son héros préféré ne va pas comprendre les subtilités de notre société, en particulier sur la consommation : travailler, avoir un salaire ou un revenu, ne dépenser que ce que l’on a et pas plus, ne pas prendre un crédit pour ma première chose venue. Savoir que le revenu ne couvre pas tous les désirs et que la frustration est à chaque coin de rue sont des concepts que de nombreux adultes n’acceptent déjà que difficilement et pour certains les récusent franchement, alors inutile de penser qu’un enfant les découvrira facilement et voudra se les voir appliquer sans broncher. C’est plutôt rassurant et sain d’ailleurs…

    Mais loin des considérations métaphysiques sur l’origine du mal, le parent est à l’entrée du magasin, concrètement, comment va-t-il s’en sortir sans passer par la case « conflit armé autour de la question de savoir s’il est raisonnable d’acheter la moitié du magasin et surtout cette cabane de jardin en forme de roulotte pour pouvoir jouer dedans »?

    La première et peut être l’unique chose à faire est de repérer les sirènes qui pourraient appeler l’enfant. Les fameuses têtes de gondoles. Elles sont le plus souvent…à l’entrée du magasin. C’est le moment crucial. Au lieu d’aller tout droit après l’entrée comme nous le faisons tous, il est impératif de virer à gauche tout en occupant l’esprit l’enfant pendant quelques secondes. Longer les caisses. Eloignez-vous de l’empire du mal des promos du mois de l’entrée du magasin et de son cortège de rayons diaboliques permanents au sein duquel se niche le saint du saint, le rayon jouet. Longeant les caisses, faisant en quelques sortes les courses à contresens, vous contournez la logique commercial et consommatrice. Il y a bien encore quelques pièges, dans le rayon gâteaux, jus de fruit et autres laitages au gout aussi industriel qu’addictif, mais le spectre du scandale et du bras de fer en plein magasin s’est éloigné. Car c’est bien la difficulté que pose le magasin : le scandale public, la perception du regard réprobateur des autres sur le caprice l’enfant, la fessée qui fait mauvais genre, bref un piège à se retrouver avec un paquet de bonbons sur le tapis de caisse pour acheter la paix sociale et repousser l’opprobre public. Mais lecteurs attentifs de ces chroniques, vous savez ce qu’il en coutera demain de baisser les bras aujourd’hui et de satisfaire le moindre désir de l’enfant : c’est faire entrer le diable dans la maison.

    Le dernier obstacle à franchir sera cette maudite caisse, temps d’attente où l’enfant aura le regard fixé sur des kinder surprise qui lui chantent une douce musique : mangez moi, mangez moi, mangez moi… à laquelle vous répondrez en vous motivant : Résiste, prouve que tu existes !...

    Il est 11 heures du matin, la pièce du caddie est récupérée, l’aventure continue, le weekend et sa nuée de pièges sont à peine entamés... 

    à suivre...



    Cliquez sur les bannières pub, elles font vivre le blog! :-)

  • Chroniques d’un jeune parent, de l’esclavage légalisé comme mode de vie… épisode 1

    Imprimer

    Chroniques, humour, jeune parent, fatigue, journée de dingue, matrix, dormir, vie socialeÊtre géniteur fait peser quelques responsabilités et  emporte quelques sacrifices, plus ou moins long dans le temps, dans l’espace et en intensité.

    Autant ne pas tourner autour du pot et l’annoncer tout de go : la prime enfance, de la maternité à la maternelle est une sorte de mise entre parenthèses plus ou moins avérée de la vie sociale, intellectuelle et autres. En effet, le petit d’homme, dans ses premiers mois s’apparente plus à un suceur de sang des Carpates qu’à un modèle réduit d’homo sapiens sapiens. C’est cruel mais la vérité est là.

    Vous aimiez jouer d’un instrument de musiques, voir tous les films qui sortent au cinéma, vous préparer à péter le chrono lors de votre prochain marathon, faire la java tous les weekends, la liste est longue comme le bras et dépend de chaque individu… Autant être honnête, il va falloir faire son deuil de cette douce existence… Comme dirait Lawrence Fishburne à Keanu Reaves dans Matrix Welcome to the real world

    Premier facteur qui réduit à néant les velléités de faire comme si de rien n’était et de poursuivre sa vie d’avant, c’est bien entendu la fatigue, comme évoqué dans une précédente chronique. Sous la barre du mètre, le petit humain aspire toute l’énergie qui se trouve dans son rayon. Un trou noir qui transforme le parent en zombie, ce dernier poursuivant dès lors un seul objectif : dormir, faire la sieste, se reposer, roupiller, rejoindre les bras de Morphée, se lover dans sa couette, glandouiller sur le canapé. Bref, ne rien faire, fermer les yeux et sentir la chaleur des paupières sur la pupille.

    A ce tarif-là, en fin de journée, il ne reste comme énergie qu’à peine de quoi comater devant le la télévision, en choisissant le premier programme venu. Pire, vous en venez même à trouver TF1 agréable (traduire, abrutissant, ne faisant pas réfléchir, donc reposant). Seule une activité nécessitant une passivité totale trouvera grâce aux yeux de parents exténués qui n’ont pas chômé depuis le matin.

    Car nous touchons là le fond du problème : dès potron-minet, le temps file à toute vitesse. Du matin au soir, les temps de respiration sont rares, pour ne pas dire inexistants. Un mot devient familier du vocabulaire de tous les jours : l’intendance. Et plus exactement, assurer l’intendance…qui consiste à bouffer le temps libre qui existe en dehors de l’activité professionnelle…c'est-à-dire toute le reste du temps… 6h30, lever, petit-déjeuner, séquence habillage, pour les uns et les autres, dépose des enfants, ne pas se mettre en retard au travail…Pause du midi, rapide, trop rapide, cause de malbouffe et provoquant moult ennuis gastriques, pour pouvoir sortir tôt, et recommencer le marathon familial : récupération des enfants, nettoyage des enfants (traduire douche ou bains), préparation du repas, repas, jeux, histoires, chansons, coucher, l’enfant ne veut pas dormir, le ton monte crescendo, la bataille feutrée pour qu’il s’endorme commence, elle va durer plus ou moins longtemps selon le modèle et le facteur pleine lune. Victoire, enfin !

    Mais vous regardez l’heure, il est 22 heures, vous pleurez. Merde, déjà… Vous aimeriez faire un petit quelque chose pour entretenir l’illusion que vous n’êtes pas tombé en esclavage mais un choix cornélien se fait jour, ou plutôt nuit : la raison voudrait que vous alliez dormir, vos paupières sont lourdes, mais l’esprit ne peut s’y résoudre, au prix d’un manque de sommeil qui rendra la journée du lendemain encore plus difficile…

    Mais il ne faut pas croire que cela va en s’arrangeant le weekend… Vous ne le saviez pas avant mais vous le découvrez rapidement, l’activité professionnelle a cette vertu qu’elle est somme toute reposante à côté de ce qui vous attend les samedis et dimanches… (à suivre)