Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Defense de rire

  • Pensées magiques, magie blanche, magie noire et...pragmatisme

    Imprimer

    magie, pensées, idéologies, loteries, sorciers,neoliberalismeAbracadabra, transforme-toi, clignement rapide des yeux et coup de baguette magique, Harry Potter existe, nous l’avons tous été (même si pour certains, c’est indéniable, c’est Voldemort qui est depuis longtemps la source d’inspiration). Enfants, nous avons tous des super pouvoirs, la réalité et l’imagination n’ont pas encore une frontière bien marquée entre elles et il suffit de fermer les yeux et penser très fort à quelque chose pour que l’évènement se produise, CQFD. Tout est possible ou presque, sans pour autant se leurrer sur le caractère aléatoire de la pensée magique : les enfants sont moins crédules que les adultes en définitive, c’est la fameuse distinction du on ferait comme si par rapport au bien trop souvent entendu, je ne vois pas d’autres solutions. A la décharge des petits d’hommes qui ont grandi, le sérieux que nécessite la vie d’adulte conduit la plupart des individus à mettre dans un coffre fermé à double tour cette capacité d’émerveillement inépuisable et ainsi disparait la pensée magique de nos quotidiens. Ou du moins le croit-on, dans un monde désacralisé, de la raison pure et du pragmatisme comme crédo.

    Lire la suite

  • Cachez ce réchauffement climatique que je ne saurais voir...

    Imprimer

    b_1_q_0_p_0.jpgDepuis ses premiers pas sur la terre, Homo Sapiens a fait du chemin. Si à l’échelle de la vie sur terre, il représente moins qu’un battement de cil dans une journée, il a su littéralement marquer de son empreinte la planète qui l’a vu naître. Son pouce opposable et ses compétences en matière de communication et d’abstraction ont fait des miracles, lui permettant d’inventer, dans le désordre, la stratégie militaire, l’extinction des autres hominidés, la suppression de la mégafaune, le tout à l’égout, le moteur à explosion, la pâte à tartiner à la noisette et les conflits religieux. Sa dernière œuvre de destruction massive, le réchauffement climatique, ferait pâlir de jalousie les dieux si ces derniers avaient un jour existé. Mais rendons à Sapiens ce qui lui appartient tout autant, il a inventé la médecine moderne, la retraite par répartition, l’abolition de l’esclavage et de la peine de mort… Le bilan est ainsi mitigé, comme le dirait le commentateur sportif, il est capable du meilleur comme du pire. Mais nécessairement il faut assumer ce bilan, pour permettre de prendre conscience de ce qui se déroule sous nos yeux.

    Avec une certaine dose de mauvaise foi, le seul représentant de l’espèce des hominidés encore vivant sur ses deux pattes postérieures est également capable de porter l’espérance à des niveaux qui lui permettent de faire l’impasse sur les luttes présentes : l’espoir fait vivre dit-on mais il permet aussi d’éluder les problèmes. Ou mieux encore, s’il n’y a pas de solution, c’est qu’il n’y a pas de problème. Il fallait y penser.

    Lire la suite

  • Jeux de grands

    Imprimer

    jeu, travail, mistigri, harcelementLes adultes gardent toujours une âme d’enfant, même profondément enfouie et la vie professionnelle est un terrain de jeu particulièrement approprié pour s’en rendre compte. Nous pensons ne faire que des choses sérieuses, utiles et valorisantes du point de vue d’un adulte et pourtant le lieu de travail est parsemé de jeux d’enfants que l’on ne détecte qu’au travers d’une patiente analyse et qui n’ont rien à envier à une cour d’école même si les jeux de grands n’ont plus l’innocence de la tendre enfance et peuvent parfois prendre un trait dramatique, laissant quelques victimes sur le bord du chemin. Il y a autant de quoi rire, de bon cœur ou jaune devant ce petit tour d’horizon non exhaustif que le lecteur pourra compléter à sa guise et faire partager à l’auteur, pour compléter cette étude sociologique et anthropologique amateur.

    Lire la suite

  • La bataille des tweets ou comment l’algorithme m’a tué

    Imprimer

    présidentielle 2017, macron, FN, information, algorithme, médias sociauxDans quelques années, quand assez d’eau, pleurs de joie ou de tristesse, aura coulé sous les ponts de l’histoire, nous nous remémorerons la présidentielle 2017 en nous souvenant que cette élection a été celle d’une transformation radicale dans le rapport à l’information et d’une bataille sans commune mesure avec les élections précédentes en matière de communication. L’information a fait cette élection comme rarement une élection a été construite, vendue. Au-delà du cadre classique partidaire qui a volé en éclat, acmé d’un processus entamé il y a déjà de nombreuses années, c’est bien la place des médias, de tous les médias qui a été au cœur de la lutte pour la conquête du pouvoir, l’ère de l’information, fausse ou vraie, sans que la distinction pour certains ne représente un critère de qualité. Cette information a eu l’étonnant pouvoir de cristalliser les positions au point que rarement les camps, multiples, ont été loin dans l’invective et rapide dans l’atteinte du point Godwin. Les destins ont été faits ou défaits par un pilonnage sans fin ou à l’opposé une simple phrase reprise en boucle et en chaîne par des médias sociaux trop rapides pour les cellules de gestion de crise. De même, une différence est vite apparue entre ceux qui avaient leurs entrées médiatiques et les autres : la possibilité d’une victoire ou la candidature de témoignage.

    Lire la suite

  • D'un mur à l'autre...

    Imprimer

    présidentielle 2017, barrage extreme droite, FN, Macron, néo-libéral, vote blanc, voteAlors, tu vas faire quoi pour le deuxième tour ? Tu sauves la république ou t’es un fasciste ? Euh, je vote pas Le Pen moi… Oui enfin si tu ne vas pas voter, si tu votes blanc, c’est comme si tu votais Le Pen et donc d’extrême droite… ah d’accord tu me culpabilises en atteignant le point Godwin d’entrée… Cette conversation, pour imaginaire qu’elle soit, est pourtant un des buzz de l’entre-deux tours et reflète un état d’esprit où de bons républicains bien sous tous rapports en viennent non plus tant à se battre directement pour convaincre les électeurs lepénistes de ne pas voter le Pen qu’à insulter ceux qui partagent leurs valeurs parce qu’ils n’ont pas crié sur la place publique un ralliement immédiat et inconditionnel au bulletin Macron. Le monde à l’envers, aux effets contre-productifs : la culpabilisation de 2002 ne pourra pas opérer à nouveau, trop de renoncements sont passés sous les ponts…

    A une semaine du deuxième tour de l’élection présidentielle qui verra s’affronter le candidat du mur de la finance à la candidate du mur de la haine, rester l’arme au pied, un bulletin blanc entre les mains, dans une attitude de pureté principielle est difficilement tenable. Face à l’urgence et à la dangerosité du programme et de la dynamique de l’extrême droite, la recomposition accélérée de celle-ci qui agrège une frange tous les jours plus importantes de la droite extrême, la seule mesure à court terme est de glisser, sans entrain, avec une boule aux ventres et mille réserves un bulletin Macron lors du deuxième tour. Avec toute la réserve à exprimer, parce qu’en effet, Emmanuel Macron, qui n’a réuni qu’un peu moins d’un cinquième du corps électoral sur son nom, fait comme si sa victoire pipée par le contexte particulier du deuxième tour était celle de son programme et de ses idées. Une fois Marine Le Pen écartée, la deuxième phase du second tour sera de neutraliser le pouvoir d’Emmanuel Macron : l’un des thuriféraires de la politique économique libérale et antisociale du quinquennat qui s’achève, terreau de la poursuite du développement de l’extrême droite, ne doit pas gouverner. Présider oui, gouverner, non. Le véritable combat sera celui des élections législatives.

    Lire la suite