Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

enfants

  • Chroniques d'un jeune parent : retour vers le futur (simple ou conditionnel?)

    Imprimer

    devoirs, cp, parents, enfants, élèves, corvée, management, 1515, ratus, quimper, bretagneUne fois les études achevées nous pensions en avoir fini une bonne fois pour toutes avec les devoirs la journée de travail achevée… Que nenni ! Après avoir rencontré l’âme sœur ou sur un accident, peu importe l’origine de la chose pour la démonstration et plus globalement pour le reste, vous voilà parent. Et un jour ou l’autre, les enfants entrent en primaire, au CP plus exactement. Fierté en ce grand jour, la petite larme d’émotions devant cet enfant qui s’autonomise, le cartable presque aussi grand que lui…

    Mais dès les premieres heures après cet évènement, la triste réalité vous revient dans la figure, le petit d’homme n’en a pas fini avec l’apprentissage et vous allez être bien obligé de vous y coller vous aussi…

    B et A, BA, B et I, BI, l’alphabet, les syllabes, dans les cris et les larmes, la dictée SMS, qui prend dix minutes à calmer l’enfant et trente secondes à faire…

    Le passage de la maternelle au primaire est une épreuve, autant pour les enfants que pour les parents…

    Les enfants découvrent à cette occasion une règle terrible : sauf à être un héritier ou un petit génie qui comprend tout du premier coup, dans la vie on n’a rien sans rien : des années après, les adultes que nous sommes restent  traumatisés par cette terrible découverte… La vie n’est qu’une suite d’efforts qui se terminent six pieds sous terre : pris comme cela c’est moche, heureusement entre les deux nous pouvons obtenir quelques satisfactions mais là n’est pas le propos du jour…

    Le parent pensait avoir atteint le summum de la patience au cours des cinq premières années de vie de sa progéniture. L’apprentissage scolaire va lui rappeler que le temps c’est long, surtout pendant les devoirs. Il faudra être pédagogue et  rusé, sévère sans être autoritaire, cool sans être laxiste… le management le plus difficile qui soit…

    Pour le parent, l’épreuve des devoirs révèle la nature profonde qui sommeille en lui… rarement on en sort indemne…

    Petit à petit de son côté, l’enfant apprend à lire, à compter. Petit à petit, il se prépare à évoluer dans cette société : oui mon enfant, demain, grâce à cette apprentissage tu pourras toi aussi voter par SMS pour permettre à Kylie, Jay, ou tout autre pseudo d’artiste moderne de rester en deuxième semaine de ton émission de téléréalité préférée : les égyptiens en inventant l’écriture n’imaginaient pas le beau processus du progrès qu’ils enclenchaient…

    Vous en prenez pour quelques années avec les devoirs et les fameuses règles de grammaire et les théorèmes mathématiques, dont vous aviez réussi à débarrasser votre esprit, vont faire, tels des fantômes, une réapparition en fanfare dans votre quotidien…

    La règle de l’accord du participe passé, le subjonctif, la racine carrée, 1515… ça y est, tout est là, ça revient jusqu’à atteindre le plafond de verre de sa propre incompétence, sinus, cosinus, fonction logarithme népérien…

    Viendra le moment où il conviendra de se retirer à petit pas avec stratégie : ne pas montrer son incompétence pour ne pas briser le mythe du parent infaillible. La gestion des devoirs, c'est un métier qu’on vous dit !!!

  • Chroniques d'un jeune parent : au commencement était le verbe...1ère partie

    Imprimer


    parents, parole, pipi caca, éducation, politesse, enfants, apprentissagePapa, Maman, quel sera le premier mot de l’enfant ? Plus vraisemblablement caca, ce qui ramène homo sapiens à une forme de vérité abrupte, nous ne sommes finalement pas grand-chose dans cette vallée de larmes.

    La parole est un petit miracle devant lequel les parents de jeunes enfants ne cessent de s’émerveiller, exultant devant une onomatopée ressemblant vaguement à un wouaf-wouaf pour désigner tout animal quadrupède à poil, court ou long ou s’extasiant devant le premier non prononcé (avant que ce mot devienne synonyme d’enfer)…

    Lire la suite

  • Chroniques d'un jeune parent : a chaque jour... deuxième partie

    Imprimer

    enfants,marche,danger,prise électrique,nappeAdapter son environnement à l’enfant se révèle être un art ! Cet aménagement de l’espace va nécessiter non pas de prendre de la hauteur mais plutôt de se mettre à ras du sol. Dans un exercice digne d’une série US, vous devrez penser et agir comme un petit d’Homme de 80 cm… Avec cette question lancinante : que feriez-vous si vous étiez votre propre enfant ???!!!!

    Voir le monde depuis un autre angle, ça change sacrément la perspective. Depuis le cercle des poètes disparus, nous le savions mais nous l’avions oublié : désolé ô Capitaine mon Capitaine !!!

    Lire la suite

  • Chroniques d'un jeune parent : de la problématique des vacances, vivement le retour au boulot, ça se rapproche

    Imprimer

    parents, enfants, vacances, organisation, atelier, animateurOrganiser des activités de vacances avec des enfants demande peut être encore plus d’imagination et de disponibilités que d’habitude. Vous découvrez qu’animateur de centre de loisirs, de colonies de vacances n’est pas un métier de tout repos. Vous découvrez également que ces mêmes animateurs de centre de loisirs vous ont fait un cadeau empoisonné en s’occupant aussi bien de vos enfants au cours des mercredis et des vacances scolaires. C’est terrible mais non, vous ne savez pas construire d’instruments de musiques avec ce qui traîne dans la cave (tubes, boîtes de conserve…), pas plus que vous n’avez de talent (et de patience) pour  réaliser des costumes à partir de chiffons sans parler de la mise en scène d’un spectacle de marionnettes qui vous glace le sang à la seule idée d’avoir à la réaliser après l’insistance de vos marmots.

    Sauf à trouver un club Mickey et à prévoir un budget conséquent pour déléguer la tâche, il n’y a pas d’autre solution que de vous équiper d’un manuel dédié et d’un carton de fournitures pour affronter les longues journées de vacances. Le secret réside dans la préparation et l’organisation. Votre rôle : vous êtes un animateur de centre de vacances. Votre mission : trouver l’équilibre subtil entre activités qui les fatigueront en les occupants sans pour autant vous mettre vous-mêmes sur les rotules. Beau défi non ?

    Lire la suite

  • Chroniques d'un jeune parent, le manque de sommeil (épisode 2)

    Imprimer

    Chronique, humour, parents, enfants, manque de sommeil, solutions, divorce, grands parents... Les parents de jeunes enfants doivent faire face à un fléau, le manque de sommeil. Existe t'il des solutions pour dépasser ce phénomène ? Quelques pistes se profilent...

     

    Solution n°1, faites tout reposer sur votre compagne ou compagnon. Il ou elle l’a voulu ce mioche, il est temps d’assumer. Comme dirait Ponce Pilate, je m’en lave les mains… Solution égoïste et risquée, conduisant tout droit à la case divorce… Mais qui peut faire les affaires de certains, en ce sens qu’elle représente la solution n°2.

    Solution n°2, le divorce. Non pas que vous n’aimiez plus l’être tendre, mais la garde alternée vous ouvre les portes de ce bijou que constitue la liberté d’un weekend sur deux. Avancée majeure de la législation et des mœurs, le divorce peut être la solution à la fatigue chronique. La moitié des vacances, la moitié des weekends, le déficit de sommeil rattrapé, les sorties… A n’en pas douter, de nombreux couples se défont pour ce seul avantage. Pourtant, les effets sont annulés si chacun des protagonistes refait sa vie et qu’une armée de mioche occupe tous les weekends. L’efficacité du divorce pour le rétablissement du sommeil ne fonctionne qu’avec son pendant, si je puis m’exprimer ainsi, à savoir la vasectomie ou la ligature des trompes…

    Solution n°3, la gouvernante. Mary Poppins s’occupe des enfants, les parents vivent et même mieux, se retrouvent, s’aiment, se reconquièrent en éloignant le spectre de la solution n°2 tout en préservant l’égalité au sein du couple que n’assure pas la solution n°1 : tout repose sur une tierce personne. Mais quelques risques subsistent: ne la choisissez pas trop jolie, sinon la solution n°2 se profile, bien qu’elle puisse déboucher sur la solution n°1, étant donner l’expertise de la future hypothétique belle-mère de vos enfants. Cette solution nécessite par ailleurs un niveau de revenu que, nous constatons, à peine quelques milliers d’individus détiennent. Ce n’est donc pas à la portée de toutes les bourses. Sauf à engager un ou une sans-papiers en piquant son passeport au passage pour faire taire toutes revendications mais vous l’avouerez ce n’est pas très morale, c’est même répréhensible et je vous préviens, je vous dénoncerai !

    Solution n°4, les grands-parents. La solution adéquate semble se dessiner, car nous sommes en présence d’une main d’œuvre disponible, corvéable, quasi-gratuite, et qui, se trouvant exister en double exemplaire, dans le cas général, offre un mode de garde au carré, qu’une concurrence savamment entretenue par les parents des jeunes enfants entre leurs parents respectifs permet de faire perdurer dans la durée… Mais ça c’est sur le papier…

    Tout d’abord, pour que cette solution puisse être mise en œuvre avec pertinence et efficacité, le facteur géographique est prépondérant. Si vous habitez à Pétaouchnok et que vos parents résident à Tataouine, ça ne vaut peut-être pas la peine de faire dix heures de route dans le weekend pour déposer les gamins…le remède serait pire que le mal. A ce compte là, au prix de l’essence, autant prendre une baby-sitter ou une gouvernante mais avec le risque évoqué plus haut dans la solution n°3.  Au mieux, pouvez-vous y passer le weekend en laissant votre maman ou votre belle-maman  (les grands parents de sexe masculin de la génération actuelle ont tendance à avoir adopté la solution n°1) gérer les petits au réveil, c’est toujours ça de gagner mais n’y voyez pas là votre salut, tout au plus un pis-aller temporaire.

    Deuxième condition : Encore faut-il vouloir les laisser à ses parents… Certes, nos chères petites blondes (ou brunes ou rousses…) nous en font baver mais méritent-elles un tel traitement c'est-à-dire les voir revenir traumatisées, dans le cas où les grands parents ont des tendances autoritaires et sont légèrement psychopathes sur les bords. Car au-delà du crève-cœur que cela constitue, vous y ferez une mauvaise opération. Pour une grasse mat’ gagnée, ce sont des semaines entières de dérèglements des gamins à prévoir, des cauchemars la nuit et donc un sommeil hachée et d’une très mauvaise qualité… Dans un cas certes différent mais aux conséquences tout aussi dommageables, on peut noter le comportement irresponsable de grands-parents gâteux devant leurs petits-enfants, leur passant tous les caprices, les couvrant de tous les cadeaux. L’enfant est pourri-gâté, il va se transformer en petit con matérialiste et consommateur, et vos parents vous auront mis dans de beaux draps. Irresponsabilité ou vengeance, la recherche s’interroge sur les motivations…

    Troisième condition : encore faut il que les grands-parents acceptent de garder vos gamins… Tout simplement. Car les mœurs évoluent, et de nos jours certains grands-parents ne se sentent plus coupable de refuser leurs petits-enfants. Ils ont épuisé le quota de patience et de grasses matinées flingués avec leurs propres enfants, chacun son tour et chacun sa merde donc…

    Bref, la solution des grands-parents, bien que séduisante de prime abord n’est pas à la portée de tout le monde…

    Solution n°5, soufflée par une amie : verrouiller votre porte à double tour, laisser trainer quelques biscuits et briques de jus d’orange à côté de la gamelle du chat, l’enfant s’autonomisera, par la force des choses. Cette solution présente de nombreux avantages. Déjà, elle vous permet de faire la grasse mat’. Et ça, c’est quand même le but recherché. Cerise sur le gâteau, dans ce monde de brutes où l’enfant, futur adulte, devra jouer des coudes pour se faire une place, la rencontre avec l’adversité dès le réveil le rendra plus fort. C’est une leçon de vie à moindre coût. Mais cette solution demande une volonté de fer parce qu’elle peut s’accompagner d’un sentiment de culpabilité que certains auront du mal à assumer…dont l’auteur de la présente chronique…à qui il ne reste que la solution n°6…

    Solution n°6, prendre son mal en patience, la vengeance est un plat qui se mange froid… Il faut se résigner et faire une croix sur la quiétude d’un sommeil réparateur, sans interruption intempestive, et attendre des jours meilleurs. Cela arrivera. Un, deux, cinq ans ? Une certitude, ça viendra… Et dans quelques années, l’enfant devenu grand, comatant jusqu’à plus d’heure à la suite d’une soirée arrosée et d’une quasi nuit blanche, verra surgir ses parents, dans un vacarme indescriptible, un rire sardonique barrant leurs visages et osant sans peine affirmer : désolé, on ne voulait pas te réveiller…